Prendre de meilleures notes au travail et dire adieu à ces 7 problèmes avec le logiciel Obsidian

Introduction

Si tu cherches comment prendre des notes efficaces au travail ou comment utiliser le logiciel Obsidian tu es au bon endroit.

En-tout-cas… Je vais essayer de t’en convaincre !

Mais avant cela, faisons un brin de causette.

Personnellement, j’ai toujours eu le sentiment que certaines personnes étaient « gifted », comme touchées par la grâce des dieux !

Photo by Waldemar Brandt on Unsplash

Jusqu’à récemment, je pensais être un cas désespéré, et que le monde était comme cela.

D’un côté, ceux qui sont doués dans tout ce qu’ils entreprennent et qui affrontent les épreuves de la vie avec aisance.

Et de l’autre, ceux qui doivent trimer comme des malades et progressent difficilement.

En fait, ce sentiment est né quand j’étais tout jeune à l’école.

J’étais médusé de voir comment les autres semblaient avoir plus de facilités que moi.

Pourtant, je n’étais pas chez eux pour voir s’ils travaillaient réellement ou s’ils étaient simplement plus intelligents.

Et je dois reconnaître que je n’étais pas le plus assidu à l’école…

Pas besoin de te faire un dessin, j’étais du côté de ceux qui trimaient, et à qui on destinait un avenir peu radieux !

Puis en avançant dans la vie, dans le monde du travail, c’était pareil.

J’avais le sentiment que certains arrivaient à beaucoup mieux s’en sortir tout en paraissant fournir moins d’efforts.

Mais là non plus, je n’étais pas toujours à côté d’eux pour savoir s’ils travaillaient beaucoup ou non.

En m’intéressant à la gestion des connaissances personnelles et en cherchant comment être plus efficace, je me suis rendu compte que je n’étais pas seul à avoir le sentiment de lutter pour gérer mon travail et mes projets.

Plusieurs études montrent que gérer ses connaissances est une des principales sources de stress et de perte de temps.

Dans le livre Building a second brain, Tiago Forte nous en rapporte certaines.

D’après le Times nous consommons quotidiennement l’équivalent de 174 journaux.

Une étude de Microsoft rapporte que l’employé moyen américain passe 76 heures par an à chercher une note, des fichiers ou des objets.

Selon un rapport de « L’international Data Corporation » 26% de la journée type des travailleurs de la connaissance est passée à chercher et consolider les informations entre divers systèmes.

Nous cherchons constamment nos informations !

Alors certes, certaines personnes sont nées avec un QI élevé et sont de toute évidence des génies…

Mais apprendre à gérer ses connaissances, notamment dans le cadre du travail peut véritablement changer la donne et n’est pas inné !

Cela a été mon cas, et voici dans cet article, faisant office de guide ou tutoriel Obsidian, les 7 principaux problèmes dans ton travail que ton logiciel de prise de notes peut régler, et comment le faire sur Obsidian.

Organiser ses notes dans Obsidian pour être plus efficace dans son travail

Ce moment de frustration nous est à tous arrivé au moins une fois dans notre vie.

Le moment ou l’on désespère à retrouver un fichier !

Tu sais, c’est le fameux moment où ton patron te demande une information pour le conseil de surveillance qui a lieu dans quelques heures…
Mais tu ne sais plus ce que tu en as fait.

Ou encore quand tu cherches désespérément un ancien bilan pour te faire avancer sur un projet.

Photo by Maksym Kaharlytskyi on Unsplash

Le problème quand on n’a pas vraiment de logiciel dédié, c’est qu’on a des petits un peu partout.

Les mails, l’agenda, le calepin, les post-it…

En-tout-cas, c’est comme ça que moi je fonctionnais dans ma précédente carrière et je sais que ça peut vite être le bazar !

Et détrompe-toi, utiliser un logiciel dédié de prise de notes ne prend plus de temps de l’utiliser.

Le truc, c’est que de toute façon, tu vas devoir produire quelque chose pour avancer sur tes projets et ton travail.

La seule chose qui changera dans ton quotidien, c’est qu’en prenant le réflexe d’initier cela dans Obsidian, tu vas véritablement créer ton écosystème dans lequel tu pourras avancer plus facilement et mieux retrouver les informations.

Il existe plusieurs écoles pour organiser ses connaissances et gérer ses projets :

  • Methode PARA.
  • Getting things done.
  • The One Thing.
  • Deep Work.
  • Zettelkasten.
  • Méthode ZTD…

Chacune ayant ses avantages et ses inconvénients, j’ai choisi de m’inspirer de plusieurs de ces techniques pour organiser le système que je te présente.

L'organisation proposée dans la formation complète

Le système de prise de notes que je te propose dans la formation complète est organisé autour de 9 grands dossiers :

  1. La inbox. Le dossier de réception des nouvelles notes
  2. Les projets. La où se retrouveront l’ensemble de tes projets avec une échéance.
  3. Les affaires courantes. Tout sujet qui n’est pas nécessairement lié au temps, ou qui est récurrent (les réunions, les analyses, les tâches qui doivent être répétées, les suivis récurrents à faire…)
  4. Les ressources. Tout fichier externe ou lien que l’on a besoin de conserver et retrouver dans le temps.
  5. Le journaling. Pour alimenter chaque jour un tableau de bord de ton activité.
  6. Les objectifs. Pour les garder à proximité et ne pas les voir qu’au moment de l’entretien annuel !
  7. Les MOC ou » Maps Of Content ». Le dossier avec les grandes thématiques ou grands sujets traités dans le système de prise de notes pour servir de points d’ancrage (exemple: finance, comptabilité, RH, analyse, marketing)
  8. Les modèles. L’endroit où se retrouveront les notes permettant de gagner du temps avec une configuration prédéfinie.


Je précise ici qu’en « Personal Knowledge Management » il existe 2 principaux courants de pensée.

C’est un peu comme la rivalité PSG OM en football !

La rivalité team "Dossiers" vs la team "Liens" en PKM !

L’école de ceux qui mettent leurs informations dans des dossiers pour avoir une organisation très structurée.

Et ceux au contraire qui évitent au maximum les dossiers et ont plutôt tendance à s’appuyer sur les tags et les liens pour éviter d’enfermer leurs idées.

Pour avoir essayé les deux dans le cadre du travail, l’organisation qui m’a le mieux convenu est celle qui prenait le meilleur des deux mondes.

À la fois s’appuyer sur des dossiers, car objectivement, lorsque l’on doit gérer énormément de projets et que l’on doit rassembler plusieurs types de fichiers, c’est impossible de faire sans.

Et de l’autre côté s’appuyer sur la puissance des liens et des tags pour ne pas enfermer les idées dans des carcans et créer des ponts entre les sujets.

Maintenant que le système est présenté, place aux 7 principaux problèmes dans ton travail que ton logiciel de prise de notes va t’aider à régler !

Problème n°1 : Je n’arrive pas à retrouver mes informations, je me perds dans mes fichiers et mes notes

La barre de recherche

Naturellement, le premier réflexe quand on cherche une information, c’est de taper dans la barre de recherche.

Disons que je souhaite rechercher mon analyse mensuelle d’août 2021.

Comment retrouver avec la barre de recherche.

Tout stocker dans un même système présente l’avantage de rechercher facilement les informations et de les trouver en un éclair.

Et contrairement à des fichiers stockés individuellement sur l’ordinateur, il est très facile de survoler les contenus pour voir si cela correspond à ce que l’on recherche.

Dans Obsidian il est également possible de faire de recherches avancées comme par exemple

  • rechercher une note
  • rechercher des mots-clés à l’intérieur d’une note
  • rechercher plusieurs mots-clés associés sur une même ligne
  • rechercher toutes les notes correspondant à un chemin spécifique
  • rechercher le nombre de mots-clés associés à une note
  • prendre en compte les majuscules et minuscules lors de la recherche
  • réduire ou développer les résultats de recherche pour plus de visibilité
  • modifier l’ordre de tri de la recherche
  • copier les résultats de recherche pour les coller dans une note

Les dossiers

Restons sur la recherche du fichier « Analyse Août 2021 ».

Un autre moyen de retrouver notre analyse pourrait être de naviguer directement dans les dossiers.

Comment retrouver dans les dossiers.

S’appuyer sur une solide organisation permet de facilement retrouver les contenus.

En connaissant le sujet ou la date, on peut facilement savoir ou chercher cette analyse.

Les tableaux de visualisation

Et enfin, un autre puissant moyen de retrouver une information est de consulter les tableaux de visualisation.

Il s’agit tout simplement de tableaux mis à jour automatiquement en fonction de certains paramètres que l’on détermine soi-même.

À titre d’exemple, le tableau est automatiquement mis à jour dès la création d’une note « analyse ».

Comment retrouver avec les tableaux de visualisation.

Pour résumer, en gérant tes notes, tes projets, tes analyses, tes suivis dans Obsidian, tu vas améliorer ce qu’on appelle en numérique la « découvrabilité » de tes notes.

Tu vas faire en sorte de pouvoir redécouvrir ton information selon différents contextes.

De cette manière, si dans 5 jours, 5 mois ou 5 ans, tu souhaites retrouver une information, tu auras plusieurs pistes pour t’aider.

Et c’est comme ça que tu diras adieu à la phrase « Je n’arrive pas à retrouver mes informations. » et tu deviendra naturellement plus efficace dans ton travail !

Problème n°2 : Je n’ai pas le temps d’organiser mes notes

Bon… Normalement, arrivé à cette étape de l’article, tu vas me dire « Ok Cheikh, tu es bien sympa, mais moi, je n’ai pas le temps d’organiser tout ça… Mettre dans les dossiers, organiser les fichiers…

Tu crois vraiment que je peux passer ma vie à faire ça ?! »

Photo by Luis Villasmil on Unsplash

Comme je le disais précédemment, créer des notes, créer du contenu, organiser tes tâches, quoi qu’il en soit tu vas devoir le faire.

Le seul réflexe, c’est de lancer ça à partir d’Obsidian pour avoir un unique point d’ancrage.

Et je vais te montrer qu’il y a plein d’automatisations possibles, c’est vraiment dingue le temps et la sérénité que cela va te faire gagner.

Voici 3 cas de figure que l’on peut rencontrer quand on est salarié, et que l’on peut organiser en automatique dans le logiciel.

La gestion de projets, les réunions, les analyses.

Peut-être que ça n’est pas strictement ce que tu rencontres dans ton travail, mais dans l’esprit on y est, et tu peux modifier tout ça sans problème pour l’adapter à ton besoin.

Je te montre comment faire dans la formation complète.

Première exemple d’automatisation : La inbox

Dans tout bon système de prise de notes est présent ce que l’on appelle une « inbox ».

La « inbox » est tout simplement la boîte de réception des nouvelles notes.

L’idée derrière ce dossier de transit, c’est de recevoir l’information « brute de décoffrage « avant de la traiter plus en profondeur.

Elle permet de séparer les phases de capture d’idées et de gestion des notes, ce qui est primordial pour se donner toutes les chances de capturer les bonnes informations et ne pas en oublier en chemin.

Dans cet exemple sur Obsidian, le dossier des nouvelles notes est configuré comme étant la « inbox ».

Comment configurer la inbox dans les paramètres.

Cela veut donc dire que chaque nouvelle note sera automatiquement rangée dans ce dossier à sa création.

C’est essentiel, car cela permet de déverser les idées quand elles nous viennent, et même lorsque l’on a peu de temps devant nous.

Voici un exemple avec un futur projet que je devrais mener.

Exemple lancement de projet.

D’abord, on note sans trop se poser de questions.

Ensuite, on fait le tri et on organise !

Seconde automatisation : Les modèles pour prendre de meilleures notes

Les modèles pour bouger les notes dans les dossiers

On ne va pas se mentir, passer son temps à ranger des notes n’est pas vraiment passionnant et demande du temps que tu n’as probablement pas !

Ce qui est intéressant ici, c’est qu’en un clic, Obsidian fait le rangement pour toi !

Une fois passé cette première étape de la « inbox », et maintenant que j’ai plus de temps devant moi, une automatisation intéressante va être d’appliquer à cette nouvelle note un modèle.

Le template projet appliqué à la note.

Il me suffit d’appliquer le modèle « projet » que j’ai configuré au préalable, pour basculer automatiquement cette note avec les différents projets.

La fonction insérer le modèle dans Obsidian.
Le choix du template.

De cette manière, ma note est automatiquement transférée avec le reste des projets.

Le dossier projet contient la nouvelle note.

En 2 clics, ma note s’est rangée au bon endroit.

Et je peux aussi bien la trouver via la barre de recherche, le dossier ou encore les tableaux de visualisation comme nous l’avons vu précédemment.

Même principe pour les analyses ou encore les réunions.

Appliquer un modèle permet de transférer la note dans le bon dossier.

Les modèles pour automatiser l’ajout d’informations

L’autre avantage des modèles, c’est de ne pas avoir à réécrire les informations lorsque des situations sont similaires.

Un exemple de template pour des réunions.

Sur ce modèle de note sont donc présents :

  • L’ordre du jour. En notant le sujet et les participants.
  • Les informations à préparer en amont. Si je suis un acteur principal et souhaite rassembler des informations et les avoir à disposition le jour J.
  • Les sujets échangés pendant la réunion. Pour noter à la volée les sujets importants que je veux retenir
  • Les décisions prises. Si certains choix importants ont été faits et que j’ai besoin de les communiquer.
  • Les actions à mettre en place. Les actions concrêtes que je dois me remémorer de faire et que je devrais noter dans ma liste de tâches.

Typiquement ce que j’aime bien avec ce genre de modèle, c’est que parfois certaines réunions ne sont pas indispensables et honnêtement, il n’y a rien à écrire, juste faire acte de présence.

Mais lorsqu’en réunion il y a des éléments vraiment importants à retenir et qui peuvent faire avancer tes projets, tout est à disposition en cas de besoin.

Et l’on peut imaginer ce genre de modèle avec tout type de situation récurrente pour gagner en productivité !

Problème n°3 : J’ai du mal à gérer mes projets dans mon travail

Maintenant, passons à un problème récurrent auquel on est souvent confronté dans le cadre du travail.

La gestion de projets.

La plupart du temps, quand un projet n’avance pas, c’est parce que l’on n’a pas été clair sur le résultat final ainsi que sur les actions à mener.

Que ce soit des projets collectifs ou individuels, il y a selon moi 2 principaux angles d’attaque pour réussir à le faire en s’aidant du logiciel Obsidian.

La vision périphérique et la vision micro.

Le principe est de procéder en entonnoir.

PrebenGammelmark sur Pixabay

D’abord en ayant une bonne vision d’ensemble de « tout ce qu’il y à à faire », puis d’avoir une vision beaucoup plus précise de l’organisation du projet et de la gestion des tâches.

La vision "Macro" des projets dans Obsidian

Le principe de la vision périphérique est d’avoir une vue d’ensemble de tous les projets à mener et imaginer l’organisation idéale.

Plus on a de projet, plus il est difficile d’y voir clair dans toute cette masse de travail.

En mettant une certaine temporalité cela permet déjà de faire un premier tri.

C’est notamment ce qu’évoque David Allen dans son livre sur la méthode d’organisation « Getting Things Done » (« S’organiser pour réussir » pour la version francophone)

Dans ce best-seller, l’auteur nous invite, entre autres, à trier les projets selon une échéance courte, moyen, long-terme ou « someday maybe ».

Une livre référence en matière d'organisation.

Avec l’organisation que je te propose, organisation détaillée dans la formation complète, le modèle projet permet au moment de sa création de préciser si un nouveau projet est à plus ou moins longue échéance.

Et en fonction de ce paramètre, la note apparaîtra automatiquement dans le tableau de visualisation à la bonne place pour avoir une bonne vue d’ensemble.

La vision "Micro" des projets dans Obsidian

Photo by National Cancer Institute on Unsplash

La vision micro que je propose va quant à elle se concentrer sur l’organisation des projets et leur exécution.

L’un des grands principes de la méthode GTD, évoquée précédemment, veut que l’on définisse clairement pour chaque projet quelles sont les tâches à réaliser et surtout quelle est la prochaine action « physique » à réaliser.

L’idée ici est de définir clairement ce que l’on doit faire pour éviter la fameuse procrastination que l’on redoute tant !

Une bonne organisation des projets dans Obsidian peut être de créer une check-list des points de contrôle afin de se remémorer les incontournables.

Checklist du modèle projet.

Cela permet de faciliter la gestion de projets en ritualisant les étapes habituelles pour ne pas réinventer la poudre à chaque projet.

Et pour les tâches plus spécifiques, il suffit d’éditer la note au besoin.

Voici donc une approche gagnante pour améliorer la gestion de tes projets dans Obsidian.

Problème n°4 : J’ai besoin de prioriser mes tâches

Nous avons déjà commencé à l’évoquer, mais en plus d’avoir une vision court, moyen et long terme, il est possible d’être encore plus fin dans les tâches à exécuter pour organiser ses journées.

Entre les réunions d’équipe, les rendez-vous, les impondérables…
Si j’ai 50 projets courts termes à réaliser, je vais forcément devoir faire des choix.

Il est possible de se faciliter la tâche (jeu de mots) en choisissant les sujets que l’on veut garder en ligne de mire afin de se concentrer uniquement sur l’essentiel à l’instant T.

Soit en spécifiant sur chaque projet quelle est la « prochaine tâche » ce qui met automatiquement à jour un tableau de visualisation avec les top priorités

Comment se concentrer sur les prochaines tâches.

Ou encore en utilisant un tableau Kanban directement dans Obsidian.

Recevoir la formation gratuite

Nous sommes à mi-parcours de l’article.
Si tu veux commencer à te former gratuitement sur Obsidian inscris-toi à ma newsletter.

Problème n°5 : J’oublie souvent des choses

Photo by Tim Gouw on Unsplash

Nous avons vu qu’avec Obsidian, on pouvait facilement retrouver les informations, les organiser, gérer nos projets et les prioriser.

Maintenant, voyons comment régler un problème récurrent quand on a une charge de travail importante.

Oublier des choses.

  • Oublier certaines actions dans des projets.
  • Oublier une information donnée dans la journée
  • Oublier une idée qui aurait pu faire avancer un de nos projets.
  • Oublier de réaliser une action que l’on doit faire seulement une ou deux fois par an.

La charge mentale liée au travail n’est pas un mythe comme l’explique cet article.

Pour ainsi dire, il est tout à fait normal d’oublier des choses.

Lorsqu’il s’agit de stocker les informations, notre mémoire fonctionne comme celle d’un ordinateur.

Passé un nombre important d’informations, la mémoire ne peut plus suivre la cadence.
Certaines recherches en sciences cognitives ont montré que notre capacité de réflexion peut être entravée par le poids de tout ce que l’on peut avoir en tête.

La méthode que je propose ici s’appuie sur l’utilisation de plusieurs stratégies pour « penser à tout ».

Comment penser à toutes les étapes dans un projet et améliorer son efficacité ?

Concernant les projets, le fait de créer des modèles, comme nous l’avons vu précédemment, permet d’intégrer directement une check-list avec les incontournables de ton métier.

Remplir une checklist dans Obsidian.

Avec cette stratégie, impossible de passer à côté d’étapes importantes.

Avec le temps, certains gestes métiers sont des réflèxes, et l’on n’a même plus besoin de consulter sa liste de tâches.

Mais l’avoir à proximité en cas de besoin est un gage de sécurité.

Comment penser à tout dans une journée bien remplie ?

Là aussi, nous avons déjà commencé à répondre à cette question.

Tout d’abord, avoir une bonne visibilité des projets et des actions à mener permet de planifier au mieux ses journées et ses semaines.

Photo by Museums Victoria on Unsplash

Ensuite, prendre le réflexe de noter les informations qui vont dans un premier temps dans la « inbox » permet de sauvegarder les informations même lorsque le temps presse.

Il est également possible avec Obsidian de faire du « Journaling », donc prendre un temps pour noter les différents moments clé de notre journée, ce que l’on a aimé ou non, ou encore se laisser des messages pour le lendemain.

Comme un aventurier qui viendrait reporter sur son carnet de bord les différents événements de son quotidien !

C’est une technique redoutable pour vider son cerveau et s’améliorer continuellement.

Comment se rappeler des informations dans le temps ?

Certains sujets sont importants, mais nous ne devons les consulter que peu souvent.

– D’anciennes analyses.
– Des fichiers importants pour retracer un historique.
– Des process précis, mais à réaliser peu fréquemment…

Adopter une organisation sur mesure et prendre le réflexe de noter les sujets vraiment importants permet de se constituer un véritable réseau de savoir.

Bien organisé, ce système que j’appelle cerveau numérique ou second cerveau est capable de traverser le temps.

L’idée en le construisant est à la fois de traiter les sujets du moment, mais également d’anticiper les sujets du futur.

C’est comme converser avec son « moi » du futur !

Problème n°6 : Je refais souvent les même choses

L’avantage de tout stocker au même endroit, c’est que l’on peut facilement le retrouver.

Et en le retrouvant, on peut facilement réutiliser !

Chaque jour au travail, certains sujets se répètent.

Que ce soit dans le type de projets, dans la manière d’aborder les sujets…

Obsidian permet de créer des liens entre les notes, retrouver les informations et les exhumer !

La puissance de ce principe est notamment évoquée dans le livre « Building a second Brain » de Tiago Forte .

Ce livre nous révèle les meilleures techniques et conseils pour se constituer un second cerveau.

L’auteur nous invite au démarrage d’un projet à se constituer un « archipel d’idées » en rassemblant toute la matière présente dans notre système de prise de notes et qui peut nous être utile.

Un bon réflexe au démarrage d’un projet est donc de rechercher d’abord en interne toutes les notes qui pourraient nous faire avancer sur le sujet traité.

Puis dans un second temps, aller chercher les ressources en externe si nécessaire.

Illustration d'un "archipel d'idées".

Bref, recycler c’est la vie, et même dans le numérique !

Problème n°7 : J’ai du mal à réaliser un suivi dans le temps efficace

Un problème qui touche la majorité des salariés ou des entrepreneurs est le fait d’avoir du mal à réaliser un suivi dans le temps.

Pris dans notre quotidien, dans nos tâches, les urgences, les sujets à prioriser, les impondérables.

On a parfois du mal à suivre certains sujets sur la durée.

Comment suivre ses objectifs annuels dans Obsidian ?

Ah les objectifs annuels !

Lorsque j’étais salarié, c’était typiquement le genre de sujet que je n’arrivais pas à suivre !

J’ai honte de l’avouer, mais bien souvent au moment de l’entretien annuel, je ne savais même plus quels étaient les objectifs personnels qu’on m’avait fixés !

Pas évident dans ces conditions de progresser et de demander une augmentation au patron !

L’organisation que je te propose avec la formation complète permet de les garder à vue d’œil selon la stratégie que tu souhaites adopter.

Sois dans les notes quotidiennes.

 

Les objectifs dans la note quotidienne.

Ou encore dans le dossier des objectifs.

Ou par exemple en se constituant un Kanban.

Comment réaliser un suivi d’équipe dans Obsidian ?

Je vais te demander de te mettre dans la peau d’un manager d’une équipe de 10 personnes.

Quand on est manager, réaliser un suivi d’équipe n’est pas simple, et peut être très chronophage.

Je vais te montrer comment prendre l’habitude de tout noter dans un seul et même système peut te permettre de réaliser un suivi de qualité sans y passer trop de temps.

L’idée est de créer une note pour chacun de tes collaborateurs avec leurs objectifs et d’y inclure le reporting des entretiens mensuels.

De cette manière, finies les notes prises sur des feuilles volantes ou encore des fichiers textes égarés.

Tout le suivi se retrouve au même endroit.

Autre exemple, imaginons que Sarah soit intervenue lors d’une réunion d’équipe.

En prenant le réflexe de noter cette information dans ton reporting hebdo, tu pourras facilement te la remémorer lors d’une revue hebdomadaire ou au moment de planifier ton point.

Et lors de l’entretien mensuel ou annuel, tu pourras facilement revenir en détail sur cet événement.

Ici je peux voir les liens entre Sarah et toutes mes notes.

Ici, sur la note « Sarah », je peux voir toutes les fois où je l’ai citée dans une note tout au long de l’année.

Cela me permet de visualiser rapidement certaines informations.

Encore une fois, peu de choses changent par rapport à une prise de note classique, seulement quelques nouvelles habitudes qui permettent de tirer toute la puissance des actions réalisées.

Et ce process peut être utilisé avec tout type de suivi !

Améliorer la gestion de ses projets, augmenter la qualité de ses actions, améliorer ses performances, atteindre ses objectifs…

Une multitude de sujets peuvent avancer au fil de l’eau en procèdent par petits pas.

En « PKM », c’est ce que l’on appelle la technique des « slow burns ».

Et comme le dit l’expression, les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Ma vidéo Youtube sur les 7 problèmes auxquels tu vas dire adieu en prenant de meilleures notes au travail

Pour résumer

  • Nous avons vu ensemble qu’utiliser un logiciel dédié à la prise de notes permettait de rassembler toutes les informations au même endroit.
  • Je t’ai montré la proposition de structure basée sur plusieurs systèmes d’organisation dont la méthode PARA et GTD.
  • Nous avons également vu qu’Obsidian permettait de facilement répondre au problème le plus courant dans la vie d’un salarié sur ordinateur, à savoir « Mais ou est passé ce satané dossier ! ».
  • D’une par en utilisant la barre de recherche, mais aussi grâce à la structure du système ou encore avec les tableaux de visualisation.
  • On a aussi vu qu’organiser les notes n’était pas un problème puisqu’avec la stratégie de la « inbox » et des modèles, les informations se classent automatiquement.
  • En troisième lieu, nous avons évoqué la gestion de projets avec une approche à deux têtes. La vision « Macro » pour avoir une vue d’ensemble des projets et la vision « Micro » pour la partie gestion de tâches et l’exécution.
  • Ensuite, nous avons abordé la priorisation des projets et des tâches dans Obsidian avec la possibilité de cibler certaines tâches ou encore d’utiliser un tableau Kanban.
  • Dans le problème n°5, nous avons vu qu’oublier des choses était un processus naturel et que la mise en place d’une « inbox », de check-list dans les projets, de notes quotidiennes ou encore l’organisation du système, là aussi, nous permettait de penser à tout.
  • Puis je t’ai montré que mettre en place un système de prise de notes permettait de réutiliser du contenu pour gagner du temps.
  • Et enfin, dans le septième problème, je t’ai montré que réaliser un suivi dans le temps pouvait être facilité en adoptant la technique des » slow burns », pour suivre ses objectifs annuels ou encore réaliser un suivi d’équipe.

C’est à peu près tout !

Sur ce lien, tu peux vérifier la disponibilité de la formation complète ou t’inscrire sur la liste d’attente.

Et pour t’inscrire à la formation gratuite sur Obsidian c’est par ici.

À bientôt.

Cheikh.

%d blogueurs aiment cette page :